Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche

Actualités

Retour à la liste

Herbes folles, on vous aime ! Retour sur la journée à la Maison du Parc.

Publié le 04 juin 2014

Retour sur la seconde journée « Accueillons la nature au jardin : la biodiversité, ça se cultive en famille », sur le thème des herbes folles au jardin. Dimanche 25 mai  2014.


De la pluie, de la chaleur, des journées qui rallongent, des nuits de moins en moins fraîches : les plantes adorent ce mélange printanier et profitent de ce temps béni pour croître et se développer. La fin du mois de mai est le moment idéal pour observer d’un œil bienveillant les herbes folles du jardin. Laissons-nous guider par Hélène Sonneville, animatrice de l’association VIE (Vivre les Initiatives Ensemble, association proposant des animations autour du jardin pour toutes les générations, des enfants aux personnes âgées). Partons découvrir les plantes sauvages communes autour du jardin du domaine de Rochemure et de leur utilité pour la biodiversité.

Le ciel un peu voilé de ce dimanche n’a découragé personne. Une dizaine d’enfants et autant d’adultes s’installent dans une salle du château pour écouter attentivement la présentation de Nicolas Dupieux, du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche, sur le déroulement de la journée. À noter que les jardins du château ont été façonnés cette année pour aussi servir de support aux nombreux dimanches de l’animation : « Accueillons la nature au jardin, la biodiversité, ça se cultive en famille » avec des fleurs chargées en pollen pour les papillons et les insectes au mois de juin et des plantes fournissant beaucoup de graines pour les oiseaux de l’automne et de l’hiver.
Puis dans un sourire, Nicolas cède la parole à Hélène.

  • Des herbes folles bien utiles

« Avant tout, il convient de définir ce que sont les plantes sauvages ou herbes folles, précise-t-elle. Elles poussent naturellement sans intervention humaine au contraire des plantes cultivées. Elles poussent là où les conditions leur sont favorables. Toutes ces plantes offrent aux animaux nourriture, abri et site de reproduction. Landes marais, forêts ou prairies sont autant de milieux diversifiés sources d’une biodiversité riche. » Pendant longtemps l’homme a combattu les herbes folles, les laissant aux portes de son jardin. Ce dernier était alors un espace où la vie était pauvre. Pourtant ces plantes sauvages sont sources d’une grande biodiversité et laisser pénétrer la nature dans son jardin est un bienfait qu’il ne faut pas négliger également pour la lutte contre les déprédateurs naturels des cultures. En plus c’est beau !

« Avant que l’homme n’invente l’agriculture, il y a douze mille ans, il ne consommait que des plantes sauvages, poursuit Hélène. Aujourd’hui nous n’avons conservé que l’habitude de cueillir des fruits sauvages et de ramasser des champignons. » De nombreuses plantes sauvages sont à l’origine des légumes d’aujourd’hui à l’image de la carotte sauvage, de la fraise des bois, du chénopode Bon-Henri pour les épinards et la liste est encore longue. Désormais, et ce n’est que justice, on redécouvre l’intérêt des plantes sauvages dans l’alimentation pour leur richesse nutritive et leurs vertus médicinales. La consoude est précieuse pour l’apport en vitamines, l’ortie en protéines et le pissenlit facilite la digestion.

  • A la découverte des plantes sauvages

L’heure avance et il est temps de suivre une petite trace dans les hautes herbes pour découvrir les plantes sauvages et les cueillir afin de préparer des salades pour midi. Hélène délivre quelques conseils de cueillette comme le respect de l’équilibre de la nature en ne prélevant pas toutes les plantes au même endroit, la non cueillette en bordure de route à cause de la pollution, le rinçage à l’eau vinaigrée pour éliminer toutes impuretés sur les plantes que l’on souhaite déguster crues.

Un bref passage par le jardin aromatique du domaine où nous découvrons des plantes voisines de celles qui nous attendent. Puis en groupes animés, les participants suivent cette éphémère trace végétale dans la prairie d’herbes folles. De place en place, nous nous arrêtons et chacun de scruter le sol et l’apparent fouillis végétal à la recherche des plantes convoitées : sauge des pré, pétales de coquelicot, fleurs de trèfle et de pâquerette, feuilles d’armoise… Nous délaissons les feuilles de pissenlits déjà trop amères en ce printemps avancé. Chaque sac en papier est dédié à la collecte d’une plante. Enfants et parents s’activent à fournir les ingrédients pour la salade du déjeuner. « Je me souviens dans mon enfance que ma mère cueillait des plantes autour de chez nous pour améliorer les repas et donner plus de goût aux plats qu’elle préparait, sourit une participante d’un âge respectable. Je m’en souviens bien, mais elle ne m’a rien appris dans ce domaine et ça s’est perdu. »

Au fil de la déambulation, un cerisier du bord du chemin offre ses fruits à la gourmandise de tous. Les yeux des enfants s’éclairent quand le jus sucré se répand sur leur langue après l’amertume de l’armoise. À l’extrémité de la prairie, à la limite des frondaisons, les sacs sont bien remplis d’herbes folles. Tous les ingrédients sont réunis pour préparer de belles salades.

  • Une salade colorée, riche de saveurs multiples

L’heure de midi a sonné depuis un bon moment, il est temps de gagner la cuisine. À l’ombre des murs épais du château, les plantes sauvages sont triées, vérifiées, lavées et mises en coupelle. La diversité des formes et des couleurs offrent une magnifique mosaïque végétale sur la table de la cuisine… Les herbes folles sont mélangées à un fond de salade verte en fonction de la curiosité, des envies et des goûts de chacun.

  • Initiation au Land-Art

Le soleil printanier invite à prolonger la pause du déjeuner, mais l’arôme du café nous tire d’une délicieuse torpeur. Retour à nos herbes folles. Initiation au Land Art dans les jardins du château. Hélène distribue du matériel pour collecter des matériaux, du lierre faisant de belles guirlandes naturelles, des branchages, des graminées pour les tresser, des fleurs pour créer des bouquets.

Le support est choisi : la serre du jardin recevra le vitrail végétal envisagé. Des formes et des couleurs pour rendre la serre plus belle et moins triste. « Je serai moins triste de voir la serre moins triste ce soir, sourit Nicolas à destination des enfants. » Et chacun de couper, de ramasser, de cueillir.

De retour au pied de la serre, par petits groupes, les participants tressent les végétaux sur les branchages, solidarisent les éléments entre eux. Appuyés contre le soubassement en pierre de la serre pour rester à portée des enfants, les branchages reçoivent les créations des uns et des autres. Petit à petit les branchages se métamorphosent en arbustes colorés. Ces derniers sont enfin fixés contre les montants de la serre. La voilà qui revit. Les herbes folles ont à nouveau envahi le jardin ! Herbes folles, on vous aime ! Il ne reste plus, pour clôturer cette belle journée, qu’à déguster les beignets de fleurs d’acacia et de sureau…

Texte et clichés : Bruno Auboiron

Calculer votre itinéraire

Pour aller plus loin

Mission suivie par

Elu référent : Raoul L'Herminier

Chargé de mission : Nicolas Dupieux

NDPatrimoine naturel et environnement

Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche 
Domaine de Rochemure 
07380 JAUJAC 
Tél. : 04.75.36.38.60.
Portable : 06.19.21.68.34.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Parc en images



Voir la photothèque