Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche

Actualités

Retour à la liste

Un jardin pour les oiseaux : le printemps. Retour sur la journée à la Maison du Parc

Publié le 20 avril 2014

Retour sur la 1ère journée « Accueillons la nature au jardin : la biodiversité, ça se cultive en famille », sur le thème des oiseaux du printemps. Dimanche 13 avril 2014.


Dix heure ! Les portes de la vaste salle d’accueil de la Maison du Parc sont largement ouvertes. Petit à petit, en famille, les participants arrivent. Ils se présentent, s’informent, échangent. Le ton de la journée est donné, elle sera conviviale. Dans un coin de la salle, Nicolas coupe des parts de brioche aux fruits confits… Il n’y a pas que les enfants qui l’entourent. Même un habitant de Jaujac, un habitué du lieu, est monté avec entre les mains un gâteau des Rameaux. Il nous explique la tradition consistant à bénir une branche de laurier passée dans le trou central du gâteau au moment de la messe. Nous nous contentons de goûter cette pâtisserie aromatisée à la fleur d’oranger et dont la pâte contient une bonne quantité d’œufs, les poules pondant beaucoup en cette saison. L’évocation de ce gallinacé nous ramène au sujet de cette journée : Un jardin pour les oiseaux !

Une vingtaine d’enfants et une quinzaine d’adultes, les parents pour la plupart, prennent place dans la grande salle. Nicolas et Arnaud accueillent plus officiellement les participants. Le déroulement de la journée est passé en revue et les prochains rendez-vous « Accueillons la nature au jardin, la biodiversité, ça se cultive en famille » annoncés.

Puis c’est au tour de Nicolas Duroure, ornithologue à la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) de prendre les rênes de la journée. Avec pour support une projection sur écran, il dresse le tableau, accessible à tous, petits et grands, de la situation des oiseaux et de leurs milieux de vie : c’est-à-dire une dégradation constante. Il fait ainsi prendre conscience de la fragilité du monde des oiseaux. Il sensibilise aussi à la nécessité d’aider les oiseaux en les accueillant dans son jardin grâce entre autres à la construction et l’installation d’un nichoir. Et une fois mis en place, ce nichoir offre souvent un spectacle magnifique. « Un nichoir, ce n’est pas une maison pour se cacher ou s’abriter du froid, mais un lieu véritablement fait pour protéger les œufs pendant la couvée et les jeunes pendant leur croissance, assure-t-il. »

Mais accueillir des oiseaux dans son jardin n’est pas seulement synonyme de magnifique spectacle. Les oiseaux sont utiles. Ils sont l’une des composantes de la chaîne alimentaire et ils dévorent moult insectes et chenilles qui se montreraient néfastes au développement des légumes du jardin par exemple. Tout est toujours une question d’équilibre ! Sur l’écran se succèdent des portraits d’oiseaux des jardins. Les enfants son sollicités et participent activement à leur reconnaissance: merle, mésange charbonnière, mésange bleue, hirondelle, chardonneret ; bouvreuil, rouge-gorge, grosbec, pinson des arbres, sittelle, gobemouche gris, accenteur mouchet, fauvette à tête noire… « Et quand on a beaucoup d’oiseaux dans son jardin, cela attire l’épervier, la buse et le faucon crécerelle, poursuit Nicolas Duroure. Tout est vraiment question d’équilibre. »

La projection s’achève. Les enfants se montrent impatients d’aller observer les oiseaux dans le vaste jardin de la Maison du Parc. Ils sont les premiers à gagner le soleil de la terrasse. Quelques minutes d’initiation aux réglages des jumelles et débutent les premières observations. Dans le fouillis du lierre courant sur le mur de la grange un merle se cache. Dans l’eau d’un bassin, des grenouilles et une couleuvre vaquent à leur occupation, car dans un jardin, ne vivent pas que des oiseaux. Puis un moineau sur le toit du château et le chant d’un pinson des arbres, invisible dans un platane. Peut-être sommes nous un peu trop nombreux et trop bruyants pour les voir plus aisément ? « Pour observer les oiseaux, il faut se promener doucement le nez en l’air et les oreilles tendues car on les entend plus souvent qu’on ne les voit, explique Nicolas Duroure dans un sourire. Et de toute façon, on les entend toujours avant de les voir. » Restez attentif, voilà le maître mot !

À pas compté, nous progressons vers la mare. Chacun s’applique et scrute la moindre branche d’arbre, le moindre buisson. Tout à coup un enfant s’exclame : « Là, là, il y en a un là ! » Nous portons tous notre regard dans la direction indiquée, mais l’oiseau vole trop vite. Le geai a déjà disparu derrière une haie… Il réapparaîtra plus tard.
Nous arrivons au bord de la mare. Dans les arbres des alentours, c’est un festival lyrique. Pourtant il est presque midi. Si nous avions été là le matin au lever du jour, le concert aurait été encore plus merveilleux et harmonieux. « Plus j’entends les oiseaux, plus j’ai envie de les connaître et de les reconnaître, déclare un participant. Je vais m’y mettre vraiment car je suis motivé. C’est magnifique d’écouter la nature et d’en identifier les acteurs. »

Midi a sonné en contrebas à l’église du village depuis un bon moment. La faim gagne petits et grands. Il est temps de revenir au château. Sur chemin du retour, une maman déclare : «  Ce qui restera à mon fils de cette journée, au-delà de sa connaissance fragile des oiseaux, ce sera une impression de beauté et de vie dans la nature. Un souvenir très beau. » Même tranquillement installés sur l’herbe du jardin à l’ombre du cèdre, le temps du déjeuner, les yeux sont tournés vers le ciel, les arbres, les buissons… Au cas où.

Le temps passe. Le soleil est haut dans le ciel. Dans le jardin, des tréteaux et des tables accueillent les planches brutes de sapins, les outils et les plans des nichoirs. Nicolas Duroure explique les usages différents pour chaque sorte de nichoirs et les éventuelles difficultés de fabrication. Ensuite chaque enfant, avec ses parents, choisit un ou parfois deux modèles qui accueilleront tel ou tel oiseau. Plan, bois et outils en main, touts se mettent à l’ouvrage. Nicolas, Arnaud et Nicolas Duroure passent d’un groupe à l’autre pour aider, conseiller et contrôler, le tout dans la bonne humeur.

Chacun s’active, scie, cloue, perce. C’est un véritable chantier coopératif et participatif dans le jardin du château. Deux heures plus tard, les nichoirs sont achevés. Les enfants les serrent fièrement dans leurs bras sous l’œil bienveillant de leurs parents, le temps de la photo souvenir.

Le soleil commence à décliner à l’horizon. Tous les participants affichent un large sourire à l’heure du goûter, constitué uniquement de productions locales et bio. Puis vient l’heure de se séparer, des chants d’oiseaux plein la tête.

Texte et clichés : Bruno Auboiron

Calculer votre itinéraire

Pour aller plus loin

Mission suivie par

Elu référent : Raoul L'Herminier

Chargé de mission : Nicolas Dupieux

NDPatrimoine naturel et environnement

Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche 
Domaine de Rochemure 
07380 JAUJAC 
Tél. : 04.75.36.38.60.
Portable : 06.19.21.68.34.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Parc en images



Voir la photothèque