Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche

Actualités

Retour à la liste


« Les gardiens de la nuit ». Retour en images sur l'animation du 10 septembre à la Maison du Parc.

Publié le 20 septembre 2017

C’était la rentrée ce dimanche 10 septembre pour l’opération « Accueillons la nature au jardin ! » : 42 personnes ont été accueillies à la Maison du Parc pour participer à une journée consacrée à la découverte des petits mammifères des jardins.


Un grand merci à la radio en milieu scolaire INFO RC pour le reportage in situ réalisé au cours de cette journée, à écouter ici : http://www.inforc.fr/medias/podcast/Magazines/J4S/38-J4S-ReportagePNRNatureOJardin.mp3

 

C’est sous le soleil mais avec un petit vent frais annonçant un automne proche, que les participants (17 adultes et 25 enfants) sont accueillis à la Maison du Parc pour une journée sur le thème des « Gardiens de la nuit » animée par Nicolas Duroure, éducateur à la Ligue de Protection des Oiseaux de l’Ardèche.

La journée démarre avec la projection d’un diaporama sur les mammifères pouvant être observés en Ardèche, l’occasion pour les enfants de tester leurs connaissances. Aucun problème pour identifier le renard, le sanglier, l’écureuil, le hérisson ou la taupe, les enfants se sont montrés incollables. Un peu plus difficile en revanche de distinguer la martre (tache jaunâtre sous la gorge) de la fouine (tache blanche en forme de U à l’envers), le loir (gris) du lérot (bandeau sur les yeux), le lièvre (aux longues oreilles à pointes noires et blanches) du lapin, ou encore de reconnaître la genette, emblème discrète du Parc. Les mammifères sont tous ces animaux qui possèdent des poils et allaitent leurs petits. On en trouve de toutes les tailles (des petites musaraignes au grand cerf) et dans tous les milieux (de la loutre des rivières à l’écureuil des forêts).


Certains affectionnent les maisons et jardins, et peuvent se montrer de précieux alliés du jardinier, comme le hérisson ou les musaraignes, ces petits "Gardiens de la nuit" qui consomment en nombre les limaces, escargots, vers et autres chenilles qui « parasitent » nos plants et légumes. Pour accueillir ces auxiliaires du jardin, il faut bannir les pesticides, diversifier les milieux (aménager une haie, laisser une zones d’herbes hautes, proposer un petit point d’eau, installer un verger…), et construire des gîtes, nichoirs et autres abris.

Place au terrain, il est temps d’aller se dégourdir au grand air : après un jeu en équipe, où chacun devait se déplacer à la façon de certains mammifères (renard, lièvre...), en route pour une petite balade sur le domaine de Rochemure à la recherche d’indices de présence de mammifères. Rapidement les enfants découvrent une trace fraiche laissée par le pied d’un jeune sanglier dans la terre humide ; il est décidé d’en réaliser le moulage : après avoir placé un cercle de papier autour de l’empreinte, du plâtre est coulé à sa surface. Il faudra laisser ce plâtre sécher quelques heures avant de démouler l’empreinte qui apparaîtra alors en relief. Pour réaliser une empreinte « creuse », il faudra répéter l’opération sur le premier moulage. Dans les bois, nous découvrons des pommes de pin rongées par des écureuils et des mulots ou décortiquées par des pics. Crottes de sanglier et de chevreuils sont également identifiées !


Retour à la Maison du Parc pour un déjeuner bien mérité dans la cour du château. L’après-midi démarre avec une projection sur les chauves-souris auxquelles le reste de la journée sera consacré. Ce sont d’étranges mammifères qui volent avec leurs mains et se repèrent dans la nuit en émettant des ultrasons. Elles consomment de grandes quantités d’insectes, l’équivalent de 3.000 moustiques chaque nuit, et sont de ce point de vue très bénéfiques au jardin. Ces animaux manquant de lieux où se mettre à l’abri, il est possible de les attirer en installant dans le jardin un gîte spécialement conçu.

Retour dans la cour du château pour un jeu autour de la technique de chasse des chauves-souris : un enfant, yeux bandés, joue le rôle d'une chauve-souris, deux autres celle des proies. Pour envoyer des ultrasons lui permettant de repérer ses proies "l'enfant chauve-souris" crie "Chauve !", les "enfants-proies" lui répondent "Souris !" ; en accélérant le rythme de ses cris, la chauve-souris repère précisément ses proies, s'en approche et ... les capture !

Place à l'atelier de construction de gîtes à chauve-souris, le temps de sortir planches, tréteaux, scies et vis… Deux planches rugueuses, des tasseaux, un petit toit et le tour est joué. Accroché à une hauteur de 2 à 4 m du sol, à l’abri de la pluie et des vents dominants, ce gîte procurera un abri pour les chauves-souris dont la présence pourra être détectée par l’observation de leurs petites crottes noires de la taille d’un grain de riz, surtout si l’on a placé une planchette sur le sol au droit du gîte.

Parallèlement, un groupe se réunit derrière la serre pour installer un abri pour les hérissons : dans un endroit abrité (fourré, pied d'une haie...), il suffit de disposer des buches de bois de manière à ménager un espace à la base d'environ 30 à 40 cm de côté avec une entrée sur l'extérieur d'une dizaine de centimètres. Cette "maison" peut être tapissée de foin et de feuilles mortes. Il faut mettre des planches au-dessus de cet espace, à environ 10-15 cm de hauteur. Une bâche ou une toile imperméable peut être placée sur ces planches pour éviter les entrées d'eau de puie. On recouvre ensuite l'ensemble de buches pour former un dôme. Le hérisson pourra passer l'hiver à l'abri dans ce nid douillet. Surtout ne pas le déranger durant cette période de repos !


Tous les participants se regroupent ensuite pour une photo souvenir dans la cour du château, avant de partager de délicieuses brioches confectionnées par le boulanger du village, accompagnées de jus de fruits locaux.

Le prochain rendez-vous est fixé au dimanche 8 octobre. Au programme : la fabrication de mangeoires pour accueillir les oiseaux cet hiver !


Ces journées sont gratuites mais l’inscription obligatoire car le nombre de places est limité : 04.75.36.38.60

Tout le programme de la saison ici !

Calculer votre itinéraire

Pour aller plus loin

Mission suivie par

Elu référent : Raoul L'Herminier

Chargé de mission : Nicolas Dupieux

NDPatrimoine naturel et environnement

Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche 
Domaine de Rochemure 
07380 JAUJAC 
Tél. : 04.75.36.38.60 
Fax : 04.75.36.38.64

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Parc en images



Voir la photothèque